Une année particulièrement bien remplie pour l’association Le Pont

Un pont est le moyen de surmonter les obstacles mais aussi de rapprocher les hommes et les femmes éloignés. C’est évidemment ce qui a animé l’association Le Pont l’an dernier dans son travail social et humain, au profit des exclus. Et dans ce sens, l’activité des personnels de l’association placée sous l’autorité de Gilles Vulin a été particulièrement intense pendant l’année 2018 et les premiers mois de 2019. C’est ce qui a été rappelé avec force par le président de l’association Jean-Amédée Lathoud, lors de l’assemblée générale tenue pour la première fois au Creusot ce mardi après-midi, en présence d’une belle assistance et de Corine Bibaut directrice de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS). Le président a bien sûr remercié la ville du Creusot pour accueillir cette assemblée puis a abordé en détail les trois priorités qui ont retenu l’attention du Conseil d’administration et du bureau de l’association : la mise en oeuvre du plan « Le Logement d’abord », l’accueil des demandeurs d’asile et l’insertion par l’économique. « Pour aller vers ces priorités, sécuriser et améliorer nos actions, l’association a voulu mettre mettre en place les moyens nécessaires…» a souligné Jean-Amédée Lathoud qui a notamment rappelé les relations de dialogue et de confiance avec les autorités.

L’accompagnement pierre angulaire des professionnels

C’est Gilles Vulin directeur général, qui s’est chargé ensuite de dresser le rapport d’activité. Il a insisté sur le développement de nouveaux projets comme l’ouverture de 50 places en Centre Provisoire d’Hébergement (CPH) sur quatre territoires du département : l’agglomération de Mâcon, la CUCM, le Brionnais et le Louhannais. Le CPH permet d’héberger et d’accompagner vers l’autonomie des personnes qui ont obtenu une protection internationale (réfugiés ou protection subsidiaire). De même la politique du logement a été signalée avec l’ouverture fin décembre 2018 de 15 places en pension de familles et 15 places en résidence Accueil au Creusot, dans l’ancienne résidence étudiantes, rue des Acacias. Également abordée l’évolution des ressources humaines avec la création de 4 nouveaux postes de chefs de service. « Au 31 décembre 2018, l’association comptait 207 salariés dont 144 femmes, 60% des professionnels ont entre 30 et 50 ans…» a précisé le directeur général avant de rappeler les autres faits marquants de la vie de l’association, qui a par exemple bénéficié du dispositif local d’accompagnement (DLA). « Plus de 8 000 personnes ont de nouveau bénéficié des services de l’association. L’accompagnement au quotidien au plus près des besoins des personnes en grande vulnérabilité est la pierre angulaire de l’ensemble des professionnels et des bénévoles du Pont » a annoncé Gilles Vulin.

JCP

SOURCE Creusot Infos, article du 19.06.2019 

————————————-

« Ne me demandez pas ce que vaut un homme. Aux yeux d’un moraliste, il n’a pas de prix. » Jean-Amédée Lathoud, président de l’association Le Pont.

Aider les plus démunis est la mission que mène la structure. Quantifier la totalité de ses actions n’est pas possible. Quelques chiffres permettent cependant de se rendre compte de l’importance de cette association : 58 personnes ont bénéficié du service d’accueil et d’orientation en 2018 au Creusot. Une aide qui permet aux personnes qui souffrent d’une vie instable de bénéficier d’un parcours individualisé.

Dans cet effectif, on comptabilise 39 ménages, dont 24 sont isolés et 10 sont des familles monoparentales.

Une des explications est que la priorité est donnée aux personnes victimes de violences intrafamilliales.

Cet accompagnement dure environ cinq mois

Une des autres missions de l’association est « les lits halte soins santé ». Ce dispositif est destiné aux personnes majeures qui n’ont pas besoin d’être hospitalisées mais dont l’état est incompatible avec la vie dans la rue.

Le Pont travaille sur plusieurs axes : des soins médicaux et paramédicaux adaptés, un accompagnement social et l’élaboration d’un projet de sortie individuel. Sur les 22 personnes prises en charges au Creusot, 17 sont sorties de l’établissement et ont pu intégrer en toute autonomie un logement, une maison de retraite ou trouver un autre hébergement. Plus de la moitié a trouvé une solution stable. À ce titre, l’association œuvre également pour l’accès au logement, à l’emploi et à l’hébergement d’urgence.

Pierrick DEGRACE – SOURCE : article du JSL du 27/06/2019

2019-06-28T09:22:15+02:00lundi 24 juin 2019|
Aller en haut